douanes

UN FILM QU'ON PEUT VOIR

Reprendre du service après un tel succès, Dany Boon a beaucoup de courage ! Tout le monde l'attend au tournant. Il aurait pu se tourner les pouces en comptant les billets, mais il préfère filmer à nouveau, réaliser un film comme il sait le faire, dans son pays ou presque, le nord, et plus particulièrement une petite ville à la limite entre la Belgique et la France. 

Le restaurant du coin est un No Man's Land entre deux douanes et deux cultures fortement différentes, une fois, qui sont amenés à travailler ensemble suite à l'ouverture des frontières, la création de l'Europe va bien perturber leur existence.

D'un coté la douane Française, pieds nickelés d'une zone frontalière ou plus personne n'a envie de travailler, tous attendant la nouvelle année qui apportera l'ouverture des frontières et leur déménagement. de l'autre la douane Belge où un douanier zélé va tout tenter pour retarder l'ouverture des frontières ! 

Simple douanier français, Dany Boon est amoureux d'une belge... Dur dur dans un pays où les français ne sont pas bien aimés, pire encore lorsque le frère de la jolie amoureuse est le douanier le plus coriace et le plus raciste anti français de la douane belge. Benoit Poolevoerde, toujours aussi à l'aise dans les rôles de méchant, prouve une fois de plus son talent. cependant son personnage est un peu trop caricatural et du coup dérange à force. On n'y croit plus trop à la fin.

Cela est compensé par la jolie ribambelles de personnages secondaires, Karin Viard, Bouli Lanners, François Damiens et tous les autres, et des scènes d'un pur régal. Comme dans Bienvenue chez les Chtis, Rien à déclarer fait preuve d'une générosité touchante, c'est un film qui fait plaisir à voir mais qui ne pourra malheureusement pas rivaliser avec les chtis (qui pourrait d'ailleurs)... Ici on est du coté d'une bonne comédie française (ou belge ?) qui parle d'amitié, de différence entre les peuples. On passe du bon temps. Que demander de plus ? 

Rien à déclarer ? Non... c'est tout !